Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-12 | Page d'accueil | 2009-02 »

31/01/2009

Jacques prévert : la pluie et le beau temps

Prévert.jpgL'expo sur Jacques Prévert étant fort enthousiasmante, j'en ai profité pour découvrir son recueil de poèmes "La pluie et le beau temps". Bien m'en a pris !  C'est bien mieux que dans mes souvenirs d'école, où le pauvre Prévert était torturé, bafouillé et broyé en purée sans goût.

Ecoutez donc un extrait de "Entendez vous, gens du Viet-Nam..."

"Ici on criait Encore

ailleurs, on criait Assez

plus loin on criait La Paix

et des messieurs du meilleur monde fort discrètement

s'éclipsaient"

 

Un autre très beau texte s'intitule "Etrangers, étrangers"

"... pour avoir défendu en souvenir de la vôtre

la liberté des autres"

 

Lisez-le, lisez-le !

Oubliez les poésies mal apprises et encore plus mal récitées !

Lisez-le !

24/01/2009

La belle vie...

La belle vie.jpg... la mienne, bien sûr mais aussi celle de Jay McInerney (traduit par Agnès Desarthe). Ca commence un certain 10 septembre 2001 à New-York. L'auteur suit deux couples, leurs amis et leurs enfants. Un des couples évolue dans un milieu intellectuel et dans le monde de l'édition. L'autre couple est très riche : la femme virevolte de galas de bienfaisance en soirées hype ; l'homme était financier, il s'est arrêté au grand dam de son épouse.

Soudain c'est le lendemain : le 11.

Et alors : est-ce qu'on peut vivre comme avant ? Est-ce le moment de tout tenter ? Peut-on encore penser à ses petits émois personnels ? Peut-on rêver à "la belle vie" ?

C'est très bien écrit, tout en finesse et mélancolie. Les histoires entrecroisées sont très prenantes. J'ai d'ailleurs eu du mal à lâcher l'objet avant la dernière page. Puis elle est arrivée, la dernière page : oh, zut, déjà ?

Vraiment, vraiment, ce livre est à mettre sous tous les yeux !

 

18/01/2009

Arrivage de bernique !

O joie, un colis m'attendait hier !

arrivage.jpg

Et quel colis ! La bernique en personne !
couv.jpg
Ah, le plaisir de feuilleter...
Léna 1.jpg

Je ne sais plus quoi dire, moi !
Léna 2.jpg
Patience... vous aussi vous pourrez tourner les pages, à partir du 12 février !

15/01/2009

Une interview de l'illustratrice Sigrid Martinez

Vous avez pu admirer les dessins de Sigrid ? Je vous propose maintenant une interview de celle qui a relevé le défi, celle qui a osé illustrer la bernique : Sigrid Martinez en personne !

Et tout d’abord, voici la petite histoire de cette interview :

vignette.jpgJ’envoie à Sigrid mes questions en Français. Je fais tout de même un résumé de mon message en espagnol, car, pas bête, j’ai vu que Sigrid Marinez habite à Barcelone. Elle me répond très rapidement (joie !) dans une langue étrange, celle d’un traducteur web. Ca commençait comme ça : « enchantée de conocerte ! » J’ai bien ri.
Heureusement, je suis en train d’apprendre l’espagnol : voila un exercice qui tombe à pic !
On convient donc qu’elle me réponde en espagnol et que je tente la traduction.
Je ris encore en recevant ses réponses, car elle commence par expliquer qu’elle parle aussi catalan et que parfois ça fait des petits mélanges catalonocastillanesques.
Après toutes ces aventures linguistiques, partons donc faire plus ample connaissance avec Sigrid…

"D'abord, une question linguistique. Comprends-tu le français et as-tu pu lire l'histoire directement ? Ou bien te l'a-t-on traduite ? (OK, j’ai un peu dévoilé sa réponse dans mon introduction, mais voyons comment elle s’en est sortie, elle)
Je ne comprends pas le français, à part les mots qui ressemblent à l’espagnol. J’ai donc commencé par traduire l’histoire avec un traducteur automatique sur Internet, mais je ne comprenais pas tout. Alors finalement, une amie m’a aidée pour la traduction.

Après la lecture de l'histoire, comment as-tu procédé ?
J’ai commencé par faire des recherches pour le personnage. J’ai d’abord cherché plein de photos de berniques et de bigorneaux et j’ai bien étudié leur physionomie. Ensuite j’ai fait énormément d’esquisses jusqu’à ce qu’Annick trouve une personnalité. J’ai dessiné des personnages qui n’étaient pas encore définitifs et il fallait encore que je les améliore.
Ensuite, j’ai relu l’histoire de nombreuses fois, pour créer les fonds et des compositions qui iraient avec les personnages.
J’ai d’abord fait des premières esquisses, mais pour qu’il y ait une unité tout en évitant que les compositions ne soient répétitives, j’ai dû remodeler toutes les ébauches à la fois.
J’ai commencé par faire des esquisses de toutes les planches. Pour qu’il y ait une unité tout en évitant que les compositions ne soient répétitives, j’ai ensuite remodelé certaines planches.

Quels sont les éléments de l'histoire qui t'ont inspirés ?
Tout m’a inspirée, mais l’histoire du marin m’a particulièrement parlé, avec le moulin de sel… J’ai aussi aimé le fait que les personnages soient aussi petits et que le fond de la mer prenne donc de l’importance.

Qu'est-ce que tu as préféré illustrer ?
Sans doute le marin, les volcans, le fond de la mer, peut-être parce qu’ils étaient plus simples à faire !

Qu'est ce qui a été plus difficile ?
Les personnages et leur contexte (fond, paysage) dans lequel ils devaient s’insérer ont été les plus compliqués à réaliser, et combiner ces deux aspects. Mais en même temps ce fut un défi que j’ai aimé relever, avec succès j’espère !

C'était facile de trouver les traits d'une héroïne bernique ?
En fait, c’était très difficile ! C’est un animal qu’on peut imaginer sous de multiples formes. Mais quand on doit tenir compte de tous ses traits pour qu’il ne fasse pas penser à un autre animal et pour qu’il ressemble en plus à une petite fille qui soit mignonne… Ca, c’est difficile.

Quelle technique as-tu adoptée ?
Tout a été réalisé en acrylique sur papier.

Est-ce ta technique habituelle ? Utilises-tu parfois d'autres techniques ?
Normalement, j’utilise uniquement de l’acrylique et du crayon. Je fais parfois des retouches à l’ordinateur, mais cette fois je n’en ai pas faites. Je préfère que l’original soit entièrement peint, ou avec des collages. Mais parfois l’ordinateur est bien utile..

Qu'aimes-tu dessiner en général ?
J’aime beaucoup faire des illustrations pour cet âge (3-5 ans), les vêtements d’enfant, et j’aime aussi énormément dessiner tous les types de motifs sur textile, comme par exemple sur le maillot de bain d’Annick.

As-tu des anecdotes à raconter sur la fabrication de cet album ?
Lorsque j’ai dit à mes amis ce que j’allais illustrer ils m’ont dit « Quelle histoire originale ! Mais…une patelle. Comment vas-tu la dessiner ? » C’était amusant, ils étaient vraiment très curieux de savoir comment seraient les dessins."

12/01/2009

Hélène Cixous, dedans

dedans.jpgJe lis, je lis, et j'oublie de vous en parler. Je remédie à cette négligence affreuse avec une grande découverte de fin 2008 : Hélène Cixous et son un livre intitulé "Dedans", édité en 1969 (prix Médicis).

Grasset (j'ai une version "historique", il est maintenant aux éditions des femmes) a écrit "Roman" sur la couverture, mais moi, ça me fait plutôt l'impression d'un beau poème en prose. Un beau texte impressionniste. C'est l'histoire (si on peut appeler cela une histoire, donc) d'une petite fille qui a perdu son père. Trop tôt, bien sûr. C'est en très grande partie autobiographique, ai-je appris en faisant quelques recherches complémentaires.

Quelques mots sur Hélène Cixous : spécialiste de Joyce, grande figure féministe, elle travaille aussi avec Ariane Mnouchkine (du Théatre du soleil) et réfléchit et écrit sur l'ambivalence sexuelle.

Cela se retrouve d'ailleurs dans Dedans, où les frontières sont souvent brouillées. Dedans, donc, fait ressentir ce que peut être l'amour d'une petit fille pour son père. Le livre nous place en quelque sorte dans la tête de la petite fille, où beaucoup de choses sont floues, et beaucoup de choses sont possibles aussi. Un très beau livre sur l'enfance, je trouve. Lisez donc : "J'étais encore assez proche du sol, à la bonne hauteur, celle des plantes et des bons animaux. La guerre, l'argent les journaux, les informations roulaient au-dessus de ma tête sans m'atteindre plus que le tonnerre."

Et pour le plaisir : "Je pouvais aussi évacuer ma peau ou m'introduire dans quelque objet favori dont l'intérieur m'avait toujours attiré".

10/01/2009

Des belles images d'Annick la bernique

Bonjour à tous !

Pour bien commencer cette nouvelle année, je vous dévoile quelques croquis d'Annick la bernique, que Sigrid Martinez m'a envoyés.

 

Recherche sur les héros, étudiés sous toutes leurs coutures

 

bothposes.jpg
Une esquisse dans le contexte... mouillé et salé, donc.
J'aime beaucoup le croquis relevé de rouge : très élégant, non ?
8-9b.jpg

Et enfin : une page en couleur !
Oh c'est beau !

16-17.jpg
Merci Sigrid pour ces belles images et les croquis !!!
Pour continuer en beauté, ici, très bientôt : une interview de Sigrid...