Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2009

Bonheur fantôme

bonheur fantome.jpg

Un bien beau livre que "Bonheur fantôme", premier roman adulte de Anne Percin, paru dans la collection La brune du Rouergue. L'écriture est simple et pure. La lecture est douce. Peut-être parce que le héros, qui a pourtant un passé bien torturé, est parti chercher à la campagne un peu de sérénité. Voilà, c'est un livre serein. Enfin, c'est l'effet qu'il m'a fait.

C'est l'histoire de Pierre, 28 ans, qui plaque tout pour vivre comme brocanteur au fin fond de la campagne. Ancien étudiant en philo, ancien mannequin à ses heures, enfant qui a vu mourrir son frère, Pierre panse seul ses blessures dans cette campagne. Il noue une très belle relation avec la vieille voisine d'à côté. On y croise aussi la philosophe Simone Weil et puis la peintre Rosa Bonheur. Mais c'est surtout l'histoire d'un amour avec un grand A. Un amour si fort que Pierre ne sait pas trop bien comment ne pas en souffrir.

Merci Catherine pour ce beau cadeau !

Quelques phrases en amuse-gueule :

"Vivre seul ne nuit pas, ni ne guérit de rien. Ca rend seulement plus évident ce qui empêche de vivre avec les autres". Oui, on sent bien la solitude, et aussi l'humidité de la maison, dans ce livre !

Et puis une autre :"Si on devait accepter toutes les étiquettes qu'on nous colle, on serait des oiseaux mazoutés, nos ailes ne s'ouvriraient jamais."

Les commentaires sont fermés.