Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2013

La couleur des sentiments

la couleur des sentiments.jpgJ'ai enfin lu ce roman qu'on a vu partout l La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett. Dès les premières affiches, j'avais voulu le lire, parce que les éditions Jacqueline Chambon, c'est quand même gage de qualité !  Après, en voyant le tapage médiatique digne de best sellers de moyennes qualités, j'avais eu des doutes.
Mais non, ce roman est très bien !

Déjà par son sujet : les relations ambiguës entre les Blanches et leurs domestiques noires, dans le Mississippi des années 60. Alors que ces bonnes cajolent et éduquent leurs enfants depuis les premiers jours, ces dames blanches ne veulent pas que les bonnes utilisent les mêmes toilettes qu'elles. Les maladies de ces gens là, vous imaginez ?!

Le rythme est assez lent. Les chapitres alternent les points de vue. On suit deux bonnes - Aibileen et Minnie - et leurs doubles vies : la journée dans la famille blanche, le soir chez elle. Et on suit Skeeter, une blanche qui joue au bridge avec ses amies de bonnes familles. Toutes ont une bonne noire. Et l'une d'entre elle, d'ailleurs, veut faire voter une loi pour obliger toute maison à disposer de toilettes spéciques pour les noirs. C'est peut-être ce qui fait basculer Skeeter, qui commence à regarder différemment ces femmes noires.

Elle qui cherche désespéremment un bon sujet de roman, elle se dit que, peut-être, faire parler les bonnes sur leurs vies chez les blanches, ce serait bien. Elle convainc Aibileen. Mais les autres ont du mal à suivre. Il faut dire que l'ambiance dans la ville, Jackson, est lourde. Les noirs sont battus pour avoir parlé. Les bonnes sont facilement mises à la porte, voire en prison. Justement, à cause de ces abus, parce qu'elles n'ont plus rien à perdre, d'autres bonnes acceptent de raconter. Des bonheurs et des humiliations. Le roman raconte la création de ce ce roman. Et puis le doute surgit de nouveau : et s'il parait, va-t-on nous reconnaître ? Que va-t-il se passer ? L'auteur ménage très bien le suspense sur la dernière partie !

Un bon roman avec de beaux portraits de femmes, du suspense, et surtout, une réflextion nécessaire sur le sujet des relations blancs et noirs. A l'heure où M Luther King va faire une grande marche, à l'heure où l'homme marche sur la lune, les femmes noires peuvent faire de l'excellente cuisine, mais en aucun cas manger dans la même vaisselle que ses patrons.

Si vous cherchez un bon gros roman pour les vacances, le voici ! (enfin, si vous ne l'avez pas déjà lu !)

Les commentaires sont fermés.