Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2013

Bifteck

Bifteck-martin-provost.jpg

Une bien bonne découverte dans le rayons de ma bibliothèque municipale : Bifteck, de Martin Provost, aux éditions Phébus. J'avoue que la couverture, d'emblée, m'a alléchée. Il devait être proche de midi...

C'est un livre un peu bizarre, entre le conte et la farce, la nouvelle et l'épopée absurde. Un moment, j'ai pensé à la fameuse et géniale "Traversée du Mozambique par temps calme".

C'est l'histoire d'André Plomeur, jeune boucher comme tous ses aïeux, à Quimper. Discret et flasque, il aime son métier. Surtout que toutes les femmes de la région font la queue chez lui pour bénéficier, durant la pause de midi, de ses services virils. Il faut dire que les époux sont à la guerre (celle qu'ensuite on appela 14-18).

Mais quand vient 1918 et le retour des époux, la vie d'André se corse sérieusement. Il a fait quelques marmots, que les épouses ont du mal à expliquer... André en retrouve ainsi devant sa porte... et en recueille 7 ! Il les aime, ces petits. Mais voilà, un époux jaloux et soupçonneux lui en veut. André, qui n'a jamais voyagé, acquiert un voilier, et les voilà tous les 8 embarqués pour l'Amérique.

Le style se déguste sans façon : c'est léger, bien écrit : un régal.

L'aventure en bateau et l'amour du boucher pour ses enfants de hasard est très beau.

La fin, en revanche, m'a moins convaincue. Ah, que c'est rageant !

Les commentaires sont fermés.