Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2013

Les pays

critiques, roman, marie-hélène lafonFormidable roman, formidable sujet, et formidable style. Voilà en résumé "Les pays", dernier roman de Marie-Hélène Lafon aux éditions Buchet-Chastel. J'avais adoré son recueil de nouvelles Organes, un peu moins le roman l'Annonce (sans doute en avais-je des attentes trop fortes. Il faudrait que je le relise).

"Les pays" raconte l'histoire d'une transfuge de classe. Claire a vécu dans au sein de se famille, éleveurs de vaches laitières dans le Cantal. Elle est maintenant étudiante en lettres anciennes à Paris. Marie-Hélène Lafon raconte comment elle n'est plus paysanne, comment elle n'est pas non plus parisienne. Elle raconte les codes différents, l'étonnement du père quand il lui rend visite.

Son style est très beau. De longues phrases, des mots qu'on ne voit pas tous les jours, mais tout cela avec naturel et douceur. Il n'y a pas de pathos, on est un peu extérieur aux personnages. Ce roman a reçu le prix du style, et c'est bien normal. C'est un bonheur de lecture, c'est doux et juste. Ma révélation de l'été !

NB : Pour ceux qui comme moi aiment les histoires de transfuge, lisez aussi Retour à Reims de Didier Eribon. Et puis aussi Lisières d'Olivier Adam (même si je trouve que le roman s'essouffle dans sa deuxième partie)

Les commentaires sont fermés.