Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2013

Le complot contre l'Amérique / The plot against America

critiques,roman en anglais,philip rothDans mes bagages cet été, j'avais pris un roman en anglais : The plot against America (Le complot contre l'Amérique), de Philip Roth.

Double intérêt : lire en anglais, et retenter de lire un roman de Philip Roth.

Ça y est, me voilà réconciliée avec cet auteur !

Le style était assez simple à comprendre et à suivre en anglais.

Et le projet m'a impressionnée. Philip Roth réécrit l'histoire (c'est donc une uchronie) : il imagine ce qui se serait passé si les Etats-Unis avaient eu un Président proche des idées nazies pendant la seconde guerre mondiale...

Le Président pro-nazi n'est autre que Charles Lindbergh, le héros aviateur. Ce choix est très intéressant, car l'auteur montre de façon très fine comment le candidat joue sur sa personne pour gagner les élections. C'est une très belle leçon de communication politique. Alors que Roosevelt, son adversaire, reste dans sa tour d'ivoire et parle d'un langage de technocrate bourgeois, Lindbergh parle avec l'accent de sa terre, il voyage de bled en bled à la rencontre des vrais gens. Surtout, il s'y rend avec son avion qui a traversé l'Atlantique, qu'il pilote lui-même... Qui refuserait un Président à la fois  homme normal et héros ?

L'autre intérêt du roman est dans le point de vue qui est pris. Le narrateur est un enfant juif de 9 ans vivant à Newark, avec ses parents et son grand frère. C'est un collectionneur de timbres passionné, qui grandit tranquillement, jusqu'à l'avènement du nouveau Président. Alors, peu à peu, son monde s'écroule. L'auteur ne s'embarque pas dans des fictions stratégico-militaires. Il décrit le délitement de la famille du petit garçon. Un de ses cousins s'embarque au Canada pour lutter contre les Nazis en Europe, son frère peu à peu s'implique dans une association juive pro-Lindbergh. Son père refuse de se résigner à migrer au Canada. Et le petit garçon, dans tout ça, doit conjuguer ses envies d'enfant et la grande Histoire.

Un beau roman très impressionnant

Les commentaires sont fermés.