Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

En finir avec Eddy Bellegueule

critiques, roman, Edouard Louis

Edouard Louis s'appelait Eddy Bellegueule.

Il a changé de nom

Il a écrit "En finir avec Eddy Bellegueule"

Dans la famille Bellegeule, on aime être des durs à cuire. Alors, l'autre qui a toujours l'air efféminé... il ne passe pas bien. Et c'est pas drôle au quotidien.

C'est ça le roman ou l'auto-fiction : l'histoire d'Eddy/Edouard, qui essaie comme il peut de se faire accepter par son père et son entourage, alors qu'il a toujours la voix haut perchée et qu'il a des gestes de filles. Au collège c'est cacher à tout prix le fait que deux "grands" le maltraitent chaque jour "parce qu'il est pédé". (ces scènes sont particulièrement cruelles).

Le style d'Edouard est simple, précis, quotidien. Pas de lyrisme ni de pathos. Voilà un beau récit de transfuge de classe (ce n'est pas pour rien que le livre est dédicacé à Didier Eribon), et un beau récit de trajectoire personnelle.

 

Si vous aimez les histoires de classes et de changement de milieu :

> Retour à Reims, de Didier Eribon

> Les pays, de Marie-Helène Lafon

> Les lisères, d'Olivier Adam (oups, je me rends compte que je n'en ai pas de fait de critique. C'est l'histoire du romancier qui revient dans la ville de son enfance, au décès de sa mère et retrouve la vie figée et les trajectoires de ses anciens camarades).

 

 

Les commentaires sont fermés.