Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2012

Nouvel album : La lettre à la Mère Noël

publication, album, mère noël, père noël, anti-sexisteC'est de saison ! Mon dernier album anti-sexiste, La lettre à la Mère Noël, vient de sortir chez Talents Hauts. Et il est, je l'espère bien, en bonne place dans toutes les librairies !

Chloé et Martin préparent leur liste de cadeaux de Noël. Chloé a un doute soudain : et si le Père Noël était une Mère Noël ? Martin n'y croit pas : une Mère Noël aurait-elle l'autorité nécessaire pour dresser les rennes ? aurait-elle le sens de l'orientation pour trouver son chemin dans le ciel ?

Je vous laisse méditer sur ces questions existentielles... Et je l'avoue tout net : il n'est pas facile d'écrire sur un tel mythe.

Les illustrations toutes douces et colorées sont de Laetitia Lesaffre, une autre habituée des éditions Talents hauts. Elle est peintre et fait de très très belles photos sur la base de ses laques. Pour tout voir et savoir, c'est ici chez elle !

 

Alors, Père Noël ou Mère Noël ?

19/09/2012

La fleur des soeurs

Cette année, je participe au Tandem Jeunesse 10. Souvenez-vous, anciens de ce blog, j'avais participé et co-organisé les "Projet 6" et "Projet 5". Que sont ces noms de code ? C'est le miracle d'Internet ! Une centaine d'auteurs et une centaine d'illustrateurs se rencontrent sur un forum, créent des règles du jeu en commun pour former à la fin une centaine de projets illustrés sur un thème commun.

Cette année, le thème voté était "Jardins enchantés". Moi, j'avais proposé "Peurs".... bref, les jardins enchantés ne m'inspiraient pas trop, mais j'ai fini par écrire "La fleur des soeurs", que voici.

Ensuite, quand les 100 auteurs ont écrit leur texte dans les délais imposés, les 100 illustrateurs se positionnent sur les textes (anonymisés, cette année !). Et là, c'est le grand mercato !

O joie, j'ai déjà trouvé chaussure à mon pied ou crayon à mon texte, avec Olga Molnar (ben oui, encore une Hongroise ! Et contrairement à ce que son blog laisse croire, elle parle et lit très bien le français). Mais il y a encore 50 textes qui tournent, en négo avec les illustrateurs et les auteurs !

Revenons au titre de ce post : La fleur des soeurs

"J’en ai assez ! Elles sont insupportables. Elles crient, elles tapent, elles courent, elles parlent
tout le temps. Elles me cassent les oreilles, les pieds et mes jouets.

Mes sœurs et moi, on est fâchées.

Je me demande bien comment on peut être sœurs : on n’a rien en commun. Rien à partager,
tout à se disputer !

Pour les oublier, je me réfugie sur le petit balcon de l’appartement. C’est ma cabane au grand
air. Je guette les chats sur les toits. Mais il n’y en a pas, de chats sur les toits. Je guette les
oiseaux qui volent. Il y en a parfois, des oiseaux en ville.

Justement, un oiseau tout petit tout marron s’est posé sur mon balcon. Un moineau, je pense.
Dans son bec, il tient une graine minuscule, qu’il lâche dans un pot abandonné.

Je l’arrose, on ne sait jamais.

Je lui rapporte aussi de la terre du jardin public. Quand on y va avec mes sœurs, je les quitte
dès le portail. Elles jouent à la balançoire, au toboggan et au sable. Et moi, je cache un peu de
terre dans ma poche, pour l’offrir à ma graine.

Je colle mon oreille à la terre et j’écoute ma graine. Elle ne dit rien, c’est bien. Derrière, loin
derrière, j’entends les moqueries de mes sœurs. Je m’en fiche. J’ai la graine pour moi, rien
que pour moi.

J’arrose ma graine, je lui parle doucement. Elle me laisse parler, elle.

J’arrose encore, mais il ne se passe rien. La petite graine ne veut pas sortir. J’aime bien
écouter son silence, mais le silence tout le temps, c’est ennuyeux. J’aime aussi qu’on me
raconte des histoires.

Un soir en rentrant de l’école, la graine a enfin germé. Elle est jolie dans son cocon vert tout
doux ! Je lui fais des compliments, mais elle ne répond même pas. C’est lassant, finalement,
de parler toute seule.

Enfin, un matin, la graine est devenue petite plante. Elle a déployé une feuille, encore une
autre. Puis, un bouton de fleur est apparu.

Et alors…

– Oh ! que c’est beau, ai-je crié.

La fleur s’était ouverte, elle était magnifique.

En m’entendant, mes sœurs ont débarqué dans mon jardin secret.

– Oh ! que c’est beau ! ont-elles crié.

Sur cette joie partagée, on s’est réconciliées.

La fleur a fait des graines que mes sœurs et moi ressemons chaque année. Nous les arrosons
ensemble tous les jours. Et quand les fleurs s’ouvrent, nous fêtons le bonheur d’être sœurs."

03/07/2012

Coulisses de voyages

voyages,simon moreau,illustration,making ofEn ce début de juillet, que diriez-vous d'un avant-goût de voyages ? Je vous dévoile les coulisses de l'illustration de mon histoire "voyage en ficelle", parue dans le beau et giga-grand album Voyages chez Chocolat ! jeunesse.

Aux pinceaux : Simon Moreau ! (je vous conseille la visite de son site, la mise en scène est bien ficelée !)

Voyages, Simon Moreau, illustration, making of

clic-clic sur la photo pour plus de détails...

Voyages, Simon Moreau, illustration, making of

Et hop, à la couleur

Pour voir le résultat final... il faut lire l'album !

Merci Simon

02/07/2012

Pas de barreaux pour le zoo !

Toupie, magazine, zoo

Dans le Toupie de juillet 2012, on y trouve des gommettes, un concours de feux d'artifice, et puis aussi une de mes petites histoires : "Pas de barreaux pour le zoo" !

Hector et Nina passent leurs vacances en ville. Un jour, ils décident de libérer les animaux, et même le lion !

Cette grande aventure est très joliment illustrée par Aki, que voici. Et d'ailleurs, sur son blog vous trouverez cette illu en plus grand et en plus joli, parce que j'ai raté la photo et aussi la réduction numérique, pfff.

29/06/2012

La littérature jeunesse qui fait peur...

littérature jeunesse, peurMiss E. me signale un fort intéressant article dans Slate, intitulé "La monstrueuse littérature jeunesse".

Il semblerait que les éditeurs et les parents français soient moins timorés que les anglo-saxons. Oui, les éditeurs publient des livres jeunesse qui font peur, les parents osent (parfois) les acheter, et les enfants adorent. Forcément, puisque ça met des mots sur leurs peurs, qu'ils ont de toute façon.

La peur de faire peur est telle que certaines histoires sont retouchées avant de passer outre-Atlantique, pour ne pas nuire au monde merveilleux que l'on construit autour des petits Américains.

Une petite citation amusante issue de l'article, pour vous donner envie:

"Aux Etats-Unis, l’American Library Association's Office for Intellectual Freedom (le bureau des libertés intellectuelles de l’association des bibliothèques américaines) répertorie tous les ans les tentatives de retraits de livres dans les librairies du pays: il en a compté plus de 11.000 depuis le début de ce travail, en 1990. Parmi ces livres: James et la Pêche géante (parce qu’il contient le mot «ass», qui veut dire fesses, mais en plus vulgaire que fesses, et moins vulgaire que cul). La Petite Sirène a aussi été mise en cause (parce que dans la version d’Andersen, elle n’avait pas forcément de coquillages sur les tétons dans certains éditions), Le Petit Chaperon rouge (la version de Grimm) et Blanche Neige (Grimm également), à cause de la violence du loup pour l’un, de la violence du chasseur et de la marâtre pour l’autre… "

Il est vrai que je dédicace peu de "Déesses des elfes sur le trottoir" (qui parle des SDF) pour des anniversaires. En revanche, je crois qu'il plait bien dans les bibliothèques.

Merci Miss E. !

Illustration : extrait d'une page Déesses des elfes sur le trottoir, illsutré par Fabienne Loodts.