Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2011

Bourse Nouveaux talents : "l'amie forestière"

J'ai participé au concours pour la bourse Nouveaux talents, lancée par Bayard et l'ONF (Office national des forêts). La mission était, pour les auteurs, d'écrire une histoire sur la forêt, avec un nombre de signes bien précis.

Bien m'en a pris ! Non, non, je n'ai pas gagné, mais mon histoire fait partie des 13 finalistes, sur les 255 histoires qui ont été envoyées. Voilà qui est encourageant....

Au fait, qui a gagné ? Marie-Avril Haïm,  pour « Sur le vert tendre des feuilles » "grâce à son apparente concentration sur le minuscule qui laisse paradoxalement une vraie place à l’infini de la forêt " dixit Bayard.

La concours avait aussi une catégorie Illustrateurs, remportée par par Nathalie Desforges,  avec « Les bois de Norbert ». Vous pouvez voir les 13 finalistes sur la page Facebook du prix. Moi, j'aime beaucoup les styles choisis ! Et je voulais aussi vous montrer le projet d'une des participantes, Lou. Un projet en couture assez génial, à voir ici absolument !

En cadeau bonux, le début de mon histoire, intitulée "L'amie forestière" :

Anatole descendit de sa cabane.
– Allez-vous-en ! Ce chêne est trop petit pour être abattu.
– On a besoin du bois, répondirent les hommes. Laisse-nous travailler.
– Cet arbre peut encore grandir pendant des dizaines d’années ! Revenez dans un siècle et je vous laisserai le couper. Alors il fera de magnifiques armoires pour vos maisons.
– Nous n’avons pas le temps, firent les hommes. Tu construiras ta cabane ailleurs.

 
Les hommes arrachèrent les clous et les planches de la cabane. Ils les empilèrent dans la carriole du vélo d’Anatole.
Un instant plus tard, la tronçonneuse hurla et le petit chêne s’abattit dans un gigantesque craquement.

  
Anatole pédala tristement à la recherche d’un arbre ni trop petit ni trop grand pour reconstruire sa cabane.
Sur les chemins abandonnés de ce qui fut une forêt, il slaloma entre les bouteilles en plastique et les sachets de chips. Quelques buissons donnaient une impression de verdure. Mais depuis longtemps, plus aucun arbre n’offrait son ombre et sa fraîcheur aux promeneurs. Ils avaient tous été abattus. [...]

03/05/2011

Aldo est sorti des presses !

Ca y est, "Aldo rêvait", illustré par Marion Claeys et édité par Chant d'orties, est sorti des presses ! Il est beauuuuuu. Il faudra en revanche attendre le mois de juin pour le voir dans toutes les librairies ! Pour les impatients, vous pouvez déjà l'acquérir chez l'éditeur via Paypal. Et puis sur le site, il y a aussi un aperçu des pages intérieures, cliquez donc !

Aldo rêvait, littérature jeunesse, chant d'orties, marion Claeys

 

Cet album, que l'on peut mettre entre toutes les mains dès 4 ans, dénonce la société de consommation et l'accumulation d'objets. Oui, oui, rien de moins !

Petit aperçu du début :

Aldo rêvait d’une voiture.

Il voyait des voitures partout, parlait voiture, mangeait voiture, s’habillait voiture, lisait voiture, se brossait les dents voiture.

Quand j’aurai une voiture, je serai le plus heureux du monde.

Pour connaître la fin... il faudra le lire !

08/04/2011

Aldo rêvait

C'est le titre de ma prochaine publication !  Aux éditions Chant d'orties avec l'irremplaçable Marion Claeys aux pinceaux (ou plutôt aux ciseaux, d'ailleurs). Admirez quelques extraits par le trou de la lorgnette :

aldo rêvait,chant d'orties,publication,album jeunesse,anti-consommation

 Oh ! c'est beau !

Mais de quoi ça parle ? De l'excès d'objets, de la consommation effrénée, du bonheur de la simplicité... Tout ça dans un album pour enfants, voui voui.

Vous trépignez d'impatience ? Vous ne trépignerez pas longtemps. Après des mails et des mails de discussion pour peaufiner l'objet, le fichier est parti chez l'imprimeur. Et figurez-vous qu'il est imprimé en France, c'est suffisamment rare pour être précisé.

Donc, donc... l'album devrait être disponible aux beaux jours, c'est à dire en avril !!!

11/06/2010

Tomi Ungerer

musée Tomi Ungerer.jpgJ'ai profité d'un tour à Strasbourg pour visiter le musée Tomi Ungerer. Rafraichissement de mémoire : T. Ungerer est l'auteur de "Les trois brigands", un album qui m'avait marqué petite. Il est aussi l'auteur du très réussi "Otto" ('itinéraire d'un ours en peluche pendant la guerre 39-45) et de 80 autres albums, comme "Jean de la Lune".

L'intérêt du musée, c'est qu'on voit que cet illustrateur-auteur a fait un tas d'autres trucs : des affiches politiques, des dessins érotiques, des aquarelles d'animaux (et notamment d'animaux morts, par exemple un cochon qu'on saigne !). Il semble s'inspirer beaucoup de sa collection de jouets pour faire ses illustrations jeunesse.

Sur le site du musée, Vous pouvez voir toute la collection des oeuvres de Tomi Ungerer sans bouger de votre fauteuil à roulettes (cliquer sur le carré rose).

Bonne visite !

EAT_Ungerer.jpgDe gauche à droite (et de haut en bas) : Affiche contre la présence US au Viet-Nam, Album Les trois brigands, Album en Noir et blanc Pas de baiser pour maman, affiche publicitaire pour Corona

 

les-trois-brigands.gifchat.jpgcorona.JPG

07/05/2010

Club poney et clan vélo dans les bacs !!

Clubponeyetclanvelo.jpgCa y est ! Mon premier petit roman, "Club poney et clan vélo", est sorti ! C'est pour les 7-9 ans, c'est illustré en couleur par Caroline Modeste, et édité par Talents hauts. Ca se passe en colo, ce haut-lieu de la pression sociale (si, si  !).  Heureusement, tout est bien qui est anti-sexiste. On y parle d'amitié, de peur, d'émotions, de camping, de crêpes, etc.

Un extrait :

"Les monos ont proposé une sortie en poney. J’en avais fait quelquefois dans un centre aéré, et je n’avais qu’une envie : recommencer.
Quand je suis arrivé devant l’écurie, il n’y avait que des filles. J’étais un peu déçu. Les cow-boys sont bien des garçons, pourtant !
J’avais hâte de monter. Mais voilà que les copains m’ont vu et quelqu’un a crié :
– Regardez Matthias : avec ses copines, il va coiffer la crinière de son petit poney et lui faire des tresses !
Alex était avec eux. Je l’ai regardé, mais il a fait comme s’il n’avait rien vu. J’ai eu peur d’être seul pour le reste de la semaine. Alors, pour qu’on ne me traite plus comme une fille, j’ai jeté ma bombe par terre et j’ai rejoint les garçons.
Grave erreur !"

Ne me dites pas que vous ne connaissez pas une petite fille ou un petit garçon qui aime faire du poney et va en colo cet été !