Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2014

Décalage...

écriture, tempsEn ce début de septembre, il fait beau, on parle encore des grandes vacances. Et moi, je termine un scénario de BD qui se passe à Noël, pour le Toupie de décembre. L'écriture, quel que soit le sens où on le prend, c'est toujours défier le temps.

13/10/2013

Graphisme contemporain et patrimoine(s)

Je reviens d'une chouette expo sur les graphisme des affiches liées au patrimoine, et notamment aux événements et établissements culturels. Ça s'appelle Graphisme contemporain et patrimoine(s), c'est gratuit et c'est à la BNF jusqu'au 17 novembre 2013.

Petite sélection personnelle :

graphisme,affiche,typographie,expositionLe graphisme de la communication de l'Institut du Monde Arabe, conçu par C-album, et notamment Laurent Ungerer. Il a conçu une police de caractère bilingue (Mondara) français et arabe. Balèze !

Voir un article de la revue de la BNF sur ce sujet

 

graphisme,affiche,typographie,exposition

 L'équipe de Nous travaillons ensemble, et notamment son affiche pour Les migrations en héritage, à Saint Denis. (Allez rendre visite à leur site)

 

 

 

 

graphisme,affiche,typographie,exposition

J'ai graphisme,affiche,typographie,expositioneu un coup de cœur parti-culier pour les affiches du Théâtre national de Chaillot, conçues par Michal Batory. Il imagine des métaphores avec des photos d'objet.

J'aime aussi beaucoup son affiche hommage à Toulouse Lautrec, dans le cadre du Nouveau salon des Cent.

  

graphisme, affiche, typographie, expositionEt puis aussi Labomatic (Pascal Béjean et Nicolas Le doux), qui ont conçu l'identité visuelle du Théâtre Nanterre Les Amandiers. (source photo : site Labomatic).

Et Labomatic... c'est aussi eux qui ont fait le design de la revue Rue Saint Ambroise (regarder juste à droite du blog) , que vous connaissez tous pour y avoir lu mes nouvelles !

 

graphisme,affiche,typographie,expositionJ'ai toujours une tendresse particulière pour les typographes, qui sont selon moi les poètes d'aujourd'hui. Et la BNF expose des affiches du BAT, le Bureau des affaires typographiques !

Bon, je n'avais pas d'appareil photo et les affiches spécimen pour les polices de caractères sont introuvables sur Internet. Zut. Je vous mets juste une copie d'écran de leur site.

 

graphisme,affiche,typographie,expositionEnfin, j'ai beaucoup aimé le principe de déclinaison graphique de Malte Martin pour les programme musicaux de l'Athénée. Son parti pris est le rond, le cercle pour évoquer les vibrations et les ondes sonores. Et il les décline à l'infini selon les programmes. Elégant, non ?

 

Voir aussi le catalogue iconographique de la BNF sur cette expo, pour voir une autre sélection !

05/08/2013

Quelques représentations genrées de l’autre sexe chez des enfants de six ans

Petite réflexion sur le sexisme ordinaire dans une classe de CP.

Voici une expérience très intéressante, qu'un amis instit m'a racontée, et qui est relatée ici :


Depuis deux ans, le Planning Familial intervient dans une classe de CP. Lors d’une des deux interventions, la situation suivante est proposée : « Imaginez que pendant votre sommeil, un magicien ou une magicienne vous transforme en garçon (respectivement fille). Le matin lorsque vous vous réveillez, quelle est votre réaction ? Qu’est-ce qui est mieux ou moins bien ? Qu’est-ce que vous pouvez faire que vous ne pouviez pas faire avant ? Qu’est-ce que vous ne pouvez plus faire ? ».

Les élèves sont répartis en deux groupes (les filles d'un côtés, les garçons de l'autre) avant un temps de synthèse collective qui permet notamment d’interroger certaines des affirmations énoncées lors de l’activité à la lumière de l’expérience de chacun(e).

Le groupe des filles
Lorsqu’on est une fille et qu’on se réveille garçon, les points négatifs sont :
- J’ai moins de choix pour m’habiller (pas de jupes, de collants, de bracelets).
– Je dois me battre et taper, les autres auront peur de moi et j’aurai moins d’amis.
– Je devrai me raser.
– Je ne pourrai plus avoir des jouets de fille.
– Je ne pourrai plus m’entraîner à m’occuper d’enfants en jouant à la poupée.

Lorsqu’on est une fille et qu’on se réveille garçon, les points positifs sont :
- Je n’aurai pas de bébé dans le ventre, je serai tranquille, je n’irai pas à l’hôpital.
– Je n’aurai pas de mari.
– Je n’aurai pas besoin de me coiffer.
– Je pourrai faire pipi debout.
– Je courrai plus vite.
– J’aurai un zizi.
– Je pourrai avoir des jouets et des habits de garçon.
– Je pourrai avoir les cheveux courts.

Le groupe des garçons
Lorsqu’on est un garçon et qu’on se réveille fille, les points négatifs sont :
- Je devrai porter des jupes et on verra ma culotte.
– J’aurai des seins et c’est trop gros.
– J’aurai des seins et on va se moquer de moi.
– J’aurai des bébés et après il faut s’en occuper.
– Il faudra enlever ma culotte pour faire pipi.
– Il faudra mettre du rouge à lèvres, du maquillage et toujours se coiffer les cheveux.
– Je ne pourrai plus jouer au basket.
– Il faudra se coucher plus tôt.
– J’aurai moins de force.
– J’aurai moins d’intelligence.
– Je ferai moins de sport.
– J’aurai plus peur.

Lorsqu’on est un garçon et qu’on se réveille fille, les points positifs sont :
- Je serai sage à l’école.
– Je pourrai être amoureux de Théo.
– Je pourrai faire des bisous à Thibault.
– Je pourrai porter des bijoux.
– Je pourrai faire de la cuisine.
– Je pourrai faire des bisous.

 A part les déclarations d'amour, le constat est terrifiant, non ?

L'expérience est relatée ici : http://seenthis.net/messages/107965

Et vous pouvez aussi lire l'ensemble des articles de "heautontimoroumenos", qui propose de nombreuses réflexions sur l'éducation et la pédagogie :

http://seenthis.net/people/heautontimoroumenos

25/06/2012

Peut-on ralentir le temps ?

sciences humaines,gestion du tempsC'est le dossier du magazine Sciences humaines de juillet 2012. Excellent dossier, comme d'habitude.

On y apprend que le temps que consacre un Français à la lecture est de 18 minutes en moyenne par jour (sur 24h), sans différence notable entre homme et femme. La télé, elle, dévore 2h06 d'une journée et le travail... 2h27 ! Ca, c'est l'effet des moyennes (ça inclut les week-end et les vacances, les parents au foyer, etc)

On travaille de moins en moins, on n'a jamais eu autant de temps libre et pourtant, le sentiment de débordement menace...

Le directeur de la publication du magazine as'est dévoué et a lu pour nous les manuels de gestion du temps. Un seul mot d'ordre pour ne pas se sentir submergé : définir ses priorités !! Ah, berk, faire des choix ! Eh oui, il faut jeter les dévoreurs de temps par la fenêtre, dire non, toutes ces choses pas faciles.

Prêt ?

C'est parti pour le grand tri d'été !

17/03/2012

Bibliothérapie

Le Salon du livre de Paris ressemble toujours un peu à un grand supermarché du livre. Mais il y a quand même quelques belles surprises, outre la discussion avec les petits éditeurs. C’est le cas cette année du stand « Le livre qui a changé votre vie ».
On s’installe dans un petit salon, un conseiller littéraire écoute vos goûts, vos envies, les livres qui vous ont marqué en bien et en mal… et vous ressortez avec une « ordonnance littéraire ».

J’ai demandé au conseiller qui a officié à mon ordonnance s’il était libraire. Non, il est pour l’instant étudiant en littérature, et il souhaite devenir bibliothérapeute. Oui, parfaitement.

C’est une tendance qui vient des Etats-Unis. Et si vous cherchez sur Internet, vous verrez qu'il existe une association française de bibliothérapie !
L’idée ? Pour chaque névrose, pour chaque difficulté de la vie, bref, à chaque fois qu’on consulte un thérapeute, il existe un livre qui pourrait nous apporter les réponses que l’on cherche. Séduisant, non ?
Durant le salon, il y a d’ailleurs des ateliers pour s’interroger sur les vertus de la lecture : est-ce un désir de transmission ? Un besoin de voyage intérieur ? Soulève-t-elle des questions existentielles ? des interrogations sur l’amour ?

Ca pourrait être le nouveau nom des bibliothécaires et libraires, finalement.

En tous les cas, voici mon ordonnance :
- Emmanuel Carrère : La moustache et D’autres vies que la mienne
- Alain Badiou : Eloge de l’amour
- Stig Dagerman : Notre besoin de consolation est impossible à rassasier
- Françoise Giraud : Une femme honorable (sur Marie Curie)

A bientôt, je m'en vais à la pharmalibrairie chercher ma prescription...