Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2014

Drawing now - Pierrick Naud

Exposition, dessin, Pierrick Naud J'aime le dessin. Alors le salon du dessin contemporain (drawing now), j'y vais ! Quelques belles découvertes, comme les dessins fins et veloutés de Pierrick Naud (dans ma photo, on voit aussi le reflet du toit du carreau du temple tout neuf : trop la classe) ! Sa technique ? Encre, fusain et vernis sur papier. C'est doux, non ?

5.ambivalence d'un flocon.2013.encre,fusain et vernis sur papier.59x40cm(ph.a.chudeau).jpg

26/04/2014

Atelier d'écriture gourmande dans les classes

Au salon du livre de Saint Martin de Crau pour l'Ogre et les bonbons bleus, j'ai eu de très belles belles surprises d'accueil dans les classes : un spectacle de marionnette adapté de mon petit roman, et des cartes pop-up !

Saint martin de crau_dans les classes_Lena Ellka.JPGAdaptation Ogre et les bonbons bleus_Léna Ellka.JPG

Ensuite, on a bossé un peu : j'ai fait des ateliers d'écriture dans des classes de CE1 au CM1.

Comme le thème du salon était la nourriture, j'ai demandé aux enfants d'inventer des noms de bonbons ou de friandises et d'écrire leur composition ou leur vertu. La base de travail était le mot-valise. Ils les ont écrits et illustrés sur de petits livrets blancs, et sont repartis avec leur livre de recettes. Après une première phase de doute (hein, on peut inventer des trucs ?), les esprits et les papilles se sont échauffés ! Et on a eu des belles pépites. Le problème, c'est que j'étais tellement sollicitée pour lire les trouvailles et corriger les fautes, que je n'ai pas eu le temps de les noter... Vous prendrez bien un gros caramouth ?

27/03/2014

Au revoir là-haut

critiques,roman,pierre lemaître

Ahhhh, quel bonheur que ce roman ! Encore un coup de ma belle-mère, qui me l'a conseillé. Merci belle-mère ! Vu le sujet : l'immédiate fin de la guerre 14-18, je ne me serais pas forcément jetée dessus. Et pourtant, c'est le meilleur roman que j'ai lui depuis quelque temps ! "Au revoir là-haut", de Pierre Lemaître, le Goncourt (non, ce n'est pas une découverte de derrière les fagots, désolée).

De quoi ça parle ? Deux soldats reviennent en plus ou moins bon état de la guerre et tentent de s'en sortir, alors que personne n'a envie de voir des éclopés. Albert est un ancien comptable, fondamentalement honnête et peureux (ça ne rapporte jamais rien). Edouard est un fils de super-riche, avec un don pour le dessin et un conflit violent avec son père. La guerre, par ses miracles étranges, les rapproche plus que deux frères. L'ombre de l'histoire, c'est le capitaine Pradelle, tout beau tout flamme, il profite du business de l'après-guerre pour faire fortune, dans le commerce des inhumations de soldats morts... Je n'en dit pas trop, car il y a plein de suspens.

Pourquoi c'est super bien ? Déjà parce que c'est addictif comme un bon policier. Normal, Pierre Lemaître est aussi un auteur de polar, il n'a pas perdu la main pour nous empêcher de lâcher le roman.

Ensuite, parce que c'est une superbe fresque sociale et politique, avec les déjà-riches, les wannabe-riches, les pauvres. Et puis la force du réseau. Pierre Lemaître s'amuse beaucoup à décrire les jeux de relations, de dettes et de "je te tiens, tu me tiens pas la barbichette, alors tu vas protéger mon business même si ce n'est pas 100 % réglo".

Et puis le style est tout simple : léger, un poil d'humour. Bref, ce qu'il faut de décalage pour parler de cette période.

Les personnages sont bien campés, le mal et le bien en sont aux mains. Alors, qui va gagner ?

Lisez-le ! (mais attention, prévoyez quelques soirées tranquilles...)

 

25/03/2014

Animation et dédicaces au Salon du livre de Saint Martin de Crau

Les 11 et 12 avril 2014, je serai à Saint Martin de Crau, pour le salon du livre jeunesse dont le thème de cette année est "A table" !

Quel rapport avec moi ? Mon petit roman "L'ogre et les bonbons bleus" !

Le vendredi, je serai dans les classes. J'ai prévu un atelier d'écriture gourmande et imaginaire où le but est d'inventer des noms de bonbons et des recettes.

Une classe est en train de me préparer un spectacle de marionnette ! J'ai hâte !

Et le samedi : dédicaces au salon ! Alors, si vous passez par là...

24/03/2014

En finir avec Eddy Bellegueule

critiques, roman, Edouard Louis

Edouard Louis s'appelait Eddy Bellegueule.

Il a changé de nom

Il a écrit "En finir avec Eddy Bellegueule"

Dans la famille Bellegeule, on aime être des durs à cuire. Alors, l'autre qui a toujours l'air efféminé... il ne passe pas bien. Et c'est pas drôle au quotidien.

C'est ça le roman ou l'auto-fiction : l'histoire d'Eddy/Edouard, qui essaie comme il peut de se faire accepter par son père et son entourage, alors qu'il a toujours la voix haut perchée et qu'il a des gestes de filles. Au collège c'est cacher à tout prix le fait que deux "grands" le maltraitent chaque jour "parce qu'il est pédé". (ces scènes sont particulièrement cruelles).

Le style d'Edouard est simple, précis, quotidien. Pas de lyrisme ni de pathos. Voilà un beau récit de transfuge de classe (ce n'est pas pour rien que le livre est dédicacé à Didier Eribon), et un beau récit de trajectoire personnelle.

 

Si vous aimez les histoires de classes et de changement de milieu :

> Retour à Reims, de Didier Eribon

> Les pays, de Marie-Helène Lafon

> Les lisères, d'Olivier Adam (oups, je me rends compte que je n'en ai pas de fait de critique. C'est l'histoire du romancier qui revient dans la ville de son enfance, au décès de sa mère et retrouve la vie figée et les trajectoires de ses anciens camarades).