Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

En finir avec Eddy Bellegueule

critiques, roman, Edouard Louis

Edouard Louis s'appelait Eddy Bellegueule.

Il a changé de nom

Il a écrit "En finir avec Eddy Bellegueule"

Dans la famille Bellegeule, on aime être des durs à cuire. Alors, l'autre qui a toujours l'air efféminé... il ne passe pas bien. Et c'est pas drôle au quotidien.

C'est ça le roman ou l'auto-fiction : l'histoire d'Eddy/Edouard, qui essaie comme il peut de se faire accepter par son père et son entourage, alors qu'il a toujours la voix haut perchée et qu'il a des gestes de filles. Au collège c'est cacher à tout prix le fait que deux "grands" le maltraitent chaque jour "parce qu'il est pédé". (ces scènes sont particulièrement cruelles).

Le style d'Edouard est simple, précis, quotidien. Pas de lyrisme ni de pathos. Voilà un beau récit de transfuge de classe (ce n'est pas pour rien que le livre est dédicacé à Didier Eribon), et un beau récit de trajectoire personnelle.

 

Si vous aimez les histoires de classes et de changement de milieu :

> Retour à Reims, de Didier Eribon

> Les pays, de Marie-Helène Lafon

> Les lisères, d'Olivier Adam (oups, je me rends compte que je n'en ai pas de fait de critique. C'est l'histoire du romancier qui revient dans la ville de son enfance, au décès de sa mère et retrouve la vie figée et les trajectoires de ses anciens camarades).

 

 

23/03/2014

Eliot et zoé, Pâques et le compost

Toupie, BD, scénario

J'ai un peu de retard dans mes annonces... Dans le Toupie du mois d'avril, vous trouverez un super-épisode d'Eliot et Zoé à la chasse aux oeufs. Je suis bien contente, j'ai casé un compost dans mon histoire. Et Eliot et Zoé sont des stars : ils font la couverture !
Le mois prochain, j'ai mijoté une histoire de wonderwoman pour le grand récit...

 

15/02/2014

Le coeur par effraction

critiques, roman, James MeekUn chouette roman bien long : Le coeur par effraction de James Meek, qui parle de morale, d'amour, de célébrité et de paludisme. On suit Ritchie, ancienne star de rock aujourd'hui animateur d'un show TV avec des ados musiciens, et sa soeur Bec, chercheuse en paludisme.

Ritchie a tout pour être heureux à part une fâcheuse tendance à tromper sa femme. Bec largue un rédac chef un peu fou et fana de morale. Pour se venger, son ex menace de révéler les exactions de Ritchie pour atteindre sa soeur....

Difficile de résumer ce livre dense, car il y a pas mal d'angles par lequel on pourrait le prendre : l'obsession de la société pour la vérité et la moralité, quitte à encourager les délations, les relations père-fils, frère-soeur, le rapport à la célébrité et à la musique, le monde de la recherche... Moi, ce qui m'a plus le plus dans ce roman, c'est la passion de Bec pour la recherche, les cellules et le paludisme, et son histoire d'amour avec un autre chercheur.

Si vous aimez les bons gros romans de 500 pages dans lesquels on s'installe confortablement et où on plaisir à retrouver les personnages : ce livre est pour vous !

15/01/2014

Une promesse

critiques, roman, Sorj Chalandon

Bonne année les blogonautes ! Pour bien commencer 2014, j'ai un beau roman à vous proposer : Une promesse, de Sorj Chalandon. Le style est très simple, doux et reposant. C'est l'histoire d'un frère qui essaie d'honorer son grand frère. C'est l'histoire d'amour entre un vieux couple. Et c'est encore des histoires d'amis qui se retrouvent au café. On parle peu dans ce livre, les gens sont cabossés, ce ne sont pas des  héros, mais ils sont capables de créer une belle histoire, qui voyage entre deux lieux : Ker Ael, et le café.

 

21/12/2013

Bord de mer

critiques, roman,Véronique Olmi

Un très beau roman très court, de Véronique Olmi : Bord de mer. C'est une femme qui parle comme elle pense. Elle est seule, épuisée, sans le sous et au bout du rouleau. Elle a deux fils, Stan et Kevin, 9 et 5 ans. Elle les aime, elle le dit, ça se sent. Mais elle n'en peut plus d'elle. Tous les trois, ils prennent le car pour passer quelques jours au bord de la mer. On sent bien qu'elle a un plan en tête, mais on ne le découvre qu'à la toute fin. Tout est gris, tout est compliqué, tout est triste pour elle. Les moindres joies sont tuées dans l'oeuf.

Les deux enfants sont extrêmement touchants, comme le portrait de cette femme dépressive.

Attention, tout de même, je déconseillerais ce roman aux âmes sensibles. Il est très court... mais pas du tout léger !