Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2015

Ouest France

Honte à moi, je n'ai pas publié ici l'interview parue cet été dans Ouest France sur mon roman "A Montparnasse". Pauvre blog, pas facile de survivre face à Facebook...

Voiiiilà, l'injustice est réparée.

Interview, A Montparnasse, Ouest France, roman, Léna Ellka

Pour ceux qui n'apprécieraient pas le craquant du papier, la version en ligne est ici

11/06/2011

Interview de Marion Claeys, illustratrice

illustrateurs, interview, aldo rêvait, Marion ClaeysPour fêter l'arrivée d'"Aldo rêvait" dans les librairies, je renoue avec ma bonne vieille habitude d'interviewer mes illustratrices. C'est donc au tour de Marion Claeys de nous révéler ses secrets de fabrication d'Aldo... Merci Marion !

 Après la lecture de l'histoire, comment as-tu procédé ?

Après la première lecture, il y a toujours un temps de digestion et de flânerie. J’évite de sauter sur les crayons tout de suite, d’abord par faute de temps, mais surtout pour me mettre au travail quand l’envie est vraiment sincère et présente.
On s’imprègne peu à peu de l’histoire, et inévitablement des images et des ambiances colorées apparaissent. C’est un premier fil conducteur mais je sais par «expérience» qu’elles ne seront jamais le résultat final. Elles sont juste une motivation, un but qui ouvre très rapidement de nouvelles voies : je suis incapable de dessiner ce que je veux. Mes images sont toujours l’improvisation d’une autre.

Quels sont les éléments qui t'ont inspirés ?

Les couleurs.

Qu'as-tu préféré illustrer ?

J’ai beaucoup aimé illustrer l’ambiance du Rêve. L’utilisation des transparences et de couleurs douces permet d’obtenir ce résultat.

Qu'est-ce qui a été plus difficile ?

Pour illustrer Aldo, j’ai emprunté beaucoup de chemins différents. Le plus «difficile» est certainement d’accepter de prendre une autre direction au moment où l’on s’y attend le moins. Ce n’est pas évident d’admettre de faire demi-tour, mais c’est souvent la décision la plus productive...

Quelle technique as-tu adoptée ?

J’ai essayé beaucoup de techniques avant d’obtenir le résultat voulu. J’ai commencé par le détournement de photo, puis le monotype sur pastel, puis les deux ensemble ! J’ai abandonné, puis recommencé. J’ai tenté le coloriage... En vain !
Ces périodes de «touche-à-touche» et d’ «essai-ratés» sont à la fois les plus intéressantes mais aussi les plus «douloureuses» ; elles sont inévitables, riches, longues, surprenantes et parfois énervantes ! Je les accepte de mieux en mieux car elles font parties intégrante de la démarche créative. C‘est faux de penser qu’on obtient tout de suite le bon résultat !
Finalement j’ai fouillé mes fonds de tiroirs : j’ai récupéré des papiers que j’avais fait avec une technique de relieur. C’est une amie qui me l’a enseignée. C’est un mélange de découpage, de superposition, d’alcool (pour diluer les couleurs, on s’entend bien !!) et de hasard ! Ensuite j’ai découpé «virtuellement» dans ces blocs de couleurs sur un logiciel de dessin jusqu’à ce qu’apparaissent Aldo et son monde de rêves !

illustrateurs,interview,aldo rêvait,marion claeys

Est-ce ta technique habituelle ? Utilises-tu parfois d'autres techniques ?

A chaque nouveau projet, j’utilise une technique différente, sinon j’ai la désagréable impression de me répéter, et d’opter pour la solution de facilité. J’utilise souvent le découpage/collage, les pastels gras, le monotype. J’ai hâte d’essayer la peinture, je n’y connais rien. Je termine très souvent mes images à l’aide de logiciels de dessin.

Qu'aimes-tu dessiner en général ?

Je ne sais pas, ça varie en fonction des époques, des envies. A l’âge de 5 ans, je ne dessinais que des châteaux !

As-tu des anecdotes à raconter sur la fabrication de cet album ?

Ma grand-mère est partie pendant que je travaillais sur cet album.
Alors que je tournais en rond depuis des semaines; j’ai bouclé l’ensemble des illustrations en seulement 3 jours, les yeux rouges et le coeur serré en pensant à elle. Cet album est le sien.

Quels sont tes projets en cours ?

Je prépare le très sérieux projet de partir en vacances ! Direction les jolies montagnes kabyles.
La semaine dernière j’ai croisé un auteur avec qui j’ai déjà travaillé plusieurs fois. Il m’a dit être jaloux de cet album, et m’a proposé de travailler sur un de ses textes... Je l’attends avec impatience !

Pourquoi n'as-tu pas de blog ou book en ligne ?

Je ne dois pas en avoir envie ! Du moins j’imagine !

15/05/2009

Interview de Fabienne Loodts, illustratrice

coverdeesses.jpgEn attendant la sortie de "Déesses des elfes sur le trottoir" en juin prochain (Zoom éditions), Fabienne Loodts a accepté de répondre à mes questions. C'est elle qui a illustré ce magnifique album, avec une technique bien particulière.

 

 

Tu as choisi d’illustrer Déesses des elfes avec la technique du  monotype. Peux-tu en dire plus sur ce choix ?

C'est une technique que j'apprécie car il y a une surprise sur le résultat, on dessine normalement, on retourne la feuille et hop, c'est le meme dessin mais avec des effets de matière en plus. Parfois ça donne bien, d'autre fois moins, ça dépend de pas mal de choses, par exemple si on a appuyé sur la feuille avec la main, la pression donnée en traçant...
Après, pour la mise en couleurs, j'ai réimprimé mon monotype sur un papier couleur, via l'ordinateur, et je l'ai colorié aux crayons de couleurs.


As-tu des photos expliquant comment cela fonctionne ?

monotype.jpeg
(cliquer pour agrandir)



Est-ce ta technique habituelle ? Utilises-tu parfois d'autres approches ?

C'est une de mes techniques favorite. J'utilise aussi la plume et l'encre de chine, ou simplement le crayon ordinaire, en jouant avec deux-trois crayons de mine différentes (une bien grasse, une normale et une dure)

Quels sont les éléments de l'histoire qui t'ont inspirés ?

Le sujet, la poésie, le fait que ça ce passe dans une ville (j'aime dessiner les villes, avec les gens)

Et comment as-tu procédé après la lecture de l’histoire ?

Je relis, je découpe le texte, j'imagine en croquis-brouillon une image pour chaque 'portion' de texte, et puis je fais les illus les unes après les autres.

Quels sont tes projets en cours ?

Un portrait d'Arlequin pour les Editeurs Associés et qui sera exposé au salon du livre jeunesse à Montreuil.
Et une couverture de single, pour un livre sur les 45 tours édité par la Poste Aérienne, un groupe d'illustrateurs allemands.

 

 

elfes3.jpg

(une autre page de l'album "Déesses des elfes sur le trottoir", auteur Léna Ellka, illustratrice Fabienne Loods, Zoom éditions, juin 2009)

08/02/2009

Carte blanche

nouvel21.jpg

 

J'ai participé aux Cartes blanches du blog La Luciole masquée, site avec pleins d'informations pour les auteurs et illustrateurs jeunesse.

Voici donc la Carte de blanche de Léna Ellka !

15/01/2009

Une interview de l'illustratrice Sigrid Martinez

Vous avez pu admirer les dessins de Sigrid ? Je vous propose maintenant une interview de celle qui a relevé le défi, celle qui a osé illustrer la bernique : Sigrid Martinez en personne !

Et tout d’abord, voici la petite histoire de cette interview :

vignette.jpgJ’envoie à Sigrid mes questions en Français. Je fais tout de même un résumé de mon message en espagnol, car, pas bête, j’ai vu que Sigrid Marinez habite à Barcelone. Elle me répond très rapidement (joie !) dans une langue étrange, celle d’un traducteur web. Ca commençait comme ça : « enchantée de conocerte ! » J’ai bien ri.
Heureusement, je suis en train d’apprendre l’espagnol : voila un exercice qui tombe à pic !
On convient donc qu’elle me réponde en espagnol et que je tente la traduction.
Je ris encore en recevant ses réponses, car elle commence par expliquer qu’elle parle aussi catalan et que parfois ça fait des petits mélanges catalonocastillanesques.
Après toutes ces aventures linguistiques, partons donc faire plus ample connaissance avec Sigrid…

"D'abord, une question linguistique. Comprends-tu le français et as-tu pu lire l'histoire directement ? Ou bien te l'a-t-on traduite ? (OK, j’ai un peu dévoilé sa réponse dans mon introduction, mais voyons comment elle s’en est sortie, elle)
Je ne comprends pas le français, à part les mots qui ressemblent à l’espagnol. J’ai donc commencé par traduire l’histoire avec un traducteur automatique sur Internet, mais je ne comprenais pas tout. Alors finalement, une amie m’a aidée pour la traduction.

Après la lecture de l'histoire, comment as-tu procédé ?
J’ai commencé par faire des recherches pour le personnage. J’ai d’abord cherché plein de photos de berniques et de bigorneaux et j’ai bien étudié leur physionomie. Ensuite j’ai fait énormément d’esquisses jusqu’à ce qu’Annick trouve une personnalité. J’ai dessiné des personnages qui n’étaient pas encore définitifs et il fallait encore que je les améliore.
Ensuite, j’ai relu l’histoire de nombreuses fois, pour créer les fonds et des compositions qui iraient avec les personnages.
J’ai d’abord fait des premières esquisses, mais pour qu’il y ait une unité tout en évitant que les compositions ne soient répétitives, j’ai dû remodeler toutes les ébauches à la fois.
J’ai commencé par faire des esquisses de toutes les planches. Pour qu’il y ait une unité tout en évitant que les compositions ne soient répétitives, j’ai ensuite remodelé certaines planches.

Quels sont les éléments de l'histoire qui t'ont inspirés ?
Tout m’a inspirée, mais l’histoire du marin m’a particulièrement parlé, avec le moulin de sel… J’ai aussi aimé le fait que les personnages soient aussi petits et que le fond de la mer prenne donc de l’importance.

Qu'est-ce que tu as préféré illustrer ?
Sans doute le marin, les volcans, le fond de la mer, peut-être parce qu’ils étaient plus simples à faire !

Qu'est ce qui a été plus difficile ?
Les personnages et leur contexte (fond, paysage) dans lequel ils devaient s’insérer ont été les plus compliqués à réaliser, et combiner ces deux aspects. Mais en même temps ce fut un défi que j’ai aimé relever, avec succès j’espère !

C'était facile de trouver les traits d'une héroïne bernique ?
En fait, c’était très difficile ! C’est un animal qu’on peut imaginer sous de multiples formes. Mais quand on doit tenir compte de tous ses traits pour qu’il ne fasse pas penser à un autre animal et pour qu’il ressemble en plus à une petite fille qui soit mignonne… Ca, c’est difficile.

Quelle technique as-tu adoptée ?
Tout a été réalisé en acrylique sur papier.

Est-ce ta technique habituelle ? Utilises-tu parfois d'autres techniques ?
Normalement, j’utilise uniquement de l’acrylique et du crayon. Je fais parfois des retouches à l’ordinateur, mais cette fois je n’en ai pas faites. Je préfère que l’original soit entièrement peint, ou avec des collages. Mais parfois l’ordinateur est bien utile..

Qu'aimes-tu dessiner en général ?
J’aime beaucoup faire des illustrations pour cet âge (3-5 ans), les vêtements d’enfant, et j’aime aussi énormément dessiner tous les types de motifs sur textile, comme par exemple sur le maillot de bain d’Annick.

As-tu des anecdotes à raconter sur la fabrication de cet album ?
Lorsque j’ai dit à mes amis ce que j’allais illustrer ils m’ont dit « Quelle histoire originale ! Mais…une patelle. Comment vas-tu la dessiner ? » C’était amusant, ils étaient vraiment très curieux de savoir comment seraient les dessins."