Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2012

Peste & Choléra

Patrick Deville, Peste & choléra, critiques

Peste & Choléra, le dernier roman de Patrick Deville, raconte la vie incroyable d'Alexandre Yersin, disciple de Louis Pasteur et découvreur du bacille de la peste.

C'est un peu la marque de fabrique de Patrick Deville : trouver des personnes historiques à la vie rocambolesque et la raconter. J'avais beaucoup aimé Equatoria, qui partait sur les traces de Savorgnan de Brazza.

Là encore, l'auteur raconte le personnage de Yersin avec un beau style simple. Il conte l'homme, son histoire et l'Histoire. Il faut dire que Yersin a l'air assez amusant. Promis à un bel avenir de scientifique aux côtés de Louis Pasteur, il veut voir la mer... et s'embarque comme médecin sur des navires de croisière ! Il ne perd quand même pas contact avec la "bande à pasteur", qui le dépêche en Chine... où il trouve le bacille de la peste. Là encore, les honneurs l'attendent, mais il préfère encore partir en Asie explorer la jungle, puis faire de l'agriculture !

Bref, un beau roman bien écrit, un beau personnage, des voyages... tout y est !

Ca manque juste, encore une fois, d'un atlas !

09/05/2009

Equatoria

equatoria.jpgCa fait bien longtemps que je ne vous ai pas parlé de mes lectures. Je vais réparer ce contre-temps, car il y a de quoi lire !

Commençons par Equatoria, de Patrick Deville, éditions du Seuil, collection Fictions et Cie. Un des livres sélectionnées pour le Prix Inter 2009.

Un bien beau livre. Un beau style très élégant et retenu, avec juste ce qu’il faut d’humour. Une très belle ambiance. L’auteur part sur les traces de Brazza en Afrique. On remonte le Congo en vapeur. Face aux chutes d’eau, on démonte pièce par pièce le vapeur et on poursuit la progression dans la boue. On suit aussi les destinées d’Albert Schweitzer, de Livingstone, de Pierre Loti, d’Henry Stanley et de bien d’autres. On croise le Che en Angola. Tous ces hommes sont incarnés, ils ont une histoire, des faiblesses, des ambitions. On y rencontre aussi les velléités colonialistes de la France, de la Belgique, du Royaume-Uni.
Chaque chapitre est un pays. Dans chaque pays, l’auteur-narrateur crapahute accompagné d’un guide ou d’un ami local et parfaitement contemporain. Le mélange des époques est très réussi.
Il ne lui manque qu’une chose, à ce livre : une carte de l’Afrique et de ses fleuves.
Munissez vous de votre atlas préféré pendant la lecture !

Je suis vraiment désolée de ne pas pouvoir vous parler plus précisément d’Equatoria et de vous donner un aperçu de quelques lignes : comme il était vraiment bien, je me suis empressée de prêter mon exemplaire et de le faire voyager, lui aussi.